Archive

janvier 2017

Browsing

Il arrive toujours un moment où, dans la vie, nous tournons la page.
Nous nous libérons de certaines situations, de choses et même de personnes qui loin de nous offrir du bien-être, nous font du mal.
Cet acte de courage personnel est vu par beaucoup comme le reflet de l’égoïsme, alors que c’est en fait le triomphe de l’amour propre.
on-mappelle-egoiste-pense-a-moi-jappelle-amour-propre
Nous devons savoir que cette construction psychologique n’est souvent pas bien comprise.
Traditionnellement, l’idée de l’amour propre est liée à une certaine composante narcissique et à cet égoïsme individualiste qui ne recherche que le bénéfice propre. Mais rien de tout cela n’est vrai.

Il n’y a qu’un amour qui doit durer toujours : c’est l’amour propre. Car la dignité a un prix très élevé et nous ne devons pas accepter les «soldes»…

Il y a une idée très répandue chez les psychologues et les spécialistes des émotions, qui affirme que les gens, en général, sont des érudits en matière rationnelle, mais des analphabètes en matière émotionnelle.
Réprimer ce que l’on ressent n’est pas sain, tout comme le fait de ne pas respecter ou ressentir de l’empathie pour les besoins des personnes qui nous entourent.
Personne n’est égoïste car il dit «non». Personne ne doit être stigmatisé dès lors qu’il ose tourner la page et dire «Stop». Nous vous invitons ici à réfléchir à cela.

Peut-être vous êtes-vous déjà demandé quel est le manuel que vous devez lire pour être une bonne personne, où il est possible d’apprendre à faire preuve de cette bonté, à rayonner de cette lumière qui pousse les autres à mettre leurs qualités en avant.
bonte-na-besoin-de-manuels-surgit-de-facon-spontanee
Les bonnes personnes disposent d’une capacité d’écoute et ont des comportements qui diffèrent des autres.
En réalité, les bonnes personnes n’ont pas conscience de l’immense bien qu’elles font à leur entourage, et peuvent même en arriver à se décourager du fait de leur extrême sensibilité.
Dans le monde dans lequel nous vivons, c’est une qualité indispensable.
Elles peuvent parfois êtres envahies par les doutes au point d’en être tourmentées, et se demander si elles agissent bien ou mal.
Leur façon d’être est si pure et sincère qu’elles se comportent avec vous au plus vrai, elles ne feignent rien.


«L’unique signe de supériorité que j’ai connu, c’est la bonté.»
-Ludwig Van Beethoven-


Réfléchir à ses actes et se demander si on est juste, c’est une initiative positive.
Or, certaines personnes savent instinctivement comment s’y prendre pour bien agir, et ce partout où elles vont : c’est la véritable expression et le sens authentique de la bonté, toujours spontanée et jamais feinte.
La bonté est une qualité naturelle chez elles, jamais imposée du fait de dogmes ou autres normes.

La bonté n’a pas besoin d’être lue, seulement appliquée

Tous les enfants disposent d’une âme pure et auront besoin de s’adapter au milieu qui les entoure avec plus ou moins de patience, puisque notre tempérament, notre corps et notre environnement nous distinguent des autres.
Comme l’a dit Rousseau, «L’homme est bon par nature, c’est la société qui l’a corrompu»…et il n’avait pas tort.


«Tu verras que les maux des hommes sont le fruit de leur choix, et qu’ils cherchent bien loin la source du bien alors même qu’ils la portent dans leur coeur.»
-Pythagore-


 
On peut observer cette bonté innée chez les enfants en bas-âge profitant d’un développement optimal, c’est-à-dire chez les enfants qui incluent les autres dans le jeu, qui tentent de soigner un oiseau grièvement blessé et qui font des câlins et des sourires.
Ce sont des enfants inquiets, mais qui débordent toujours de passion et de joie.

Je t’ai aimé-e jusqu’à ce que mon amour propre dise stop. J’ai ouvert les yeux pour regarder la réalité en face, je me suis libéré-e des chaînes qui maintenaient mon coeur prisonnier, et puis j’ai vu ; j’ai compris que tu n’étais pas l’amour de ma vie, ni l’amour d’un jour, ni même l’amour d’un instant. Tu n’es qu’une personne qui m’a fait croire que je n’étais rien, alors qu’en réalité, je suis tout.
je-tai-aime-e-jusqua-ce-que-mon-amour-propre-dise-stop
Se rendre compte que la relation dans laquelle nous nous trouvons est vouée à l’échec, c’est sans aucun doute un acte de révolution personnelle, un acte de bravoure et de réaffirmation de notre estime de nous-même qui nous rend digne. Cependant, nous nous devons d’admettre que tout le monde ne dispose pas de ce tendon psychique et émotionnel capable de poser une limite entre l’amour propre et la dépendance, entre la dignité et le renoncement.


«On peut blesser l’amour propre, mais jamais le tuer.»
– Henry de Montherlant –


Aujourd’hui, l’expression «amour propre» est en essor. Nombreux sont les livres, les manuels ou autres cours qui nous répètent presque comme un mantra que «on ne peut pas établir une relation saine avec une autre personne si on ne s’aime pas d’abord soi-même».
L’amour propre ne se construit pas seulement au moyen d’un livre ou d’une réflexion sur ce sujet. Ce n’est pas une entité passive, bien au contraire ; l’amour propre, c’est un état d’estime absolue pour soi-même qui grandit grâce à des actes qui eux-mêmes, à leur tour, édifient notre santé physique et émotionnelle. C’est une dimension dynamique qui connaît aussi, généralement, des hauts et des bas.
Nous vous proposons de réfléchir à ce sujet.

Tu n’étais pas tout et cependant, je t’ai donné mon univers tout entier

Comme nous l’expliquent les astronomes, les phénomènes que l’on peut observer dans l’univers sont parfois très similaires à nos relations amoureuses. Par exemple, il existe une nébuleuse, appelée Henize 2-458, qui, lorsqu’on l’observe au moyen d’un télescope, est fascinante aussi bien du fait de sa beauté singulière que de son mystère particulier. En réalité, cette nébuleuse n’est autre que l’union de deux étoiles languissantes en fin de vie.
Ce qui est curieux dans ce couple, c’est que les deux étoiles sont mutuellement en orbite toutes les quatre heures. Elles s’adonnent à une danse mortelle mais incroyablement belle, et tôt ou tard, elles finissent par s’éteindre. D’une certaine façon, et même si nous ne sommes pas des corps célestes, nous aussi déployons ce jeu de pouvoir ; nous savons qu’il y a des amours vouées à l’échec et qui ne peuvent espérer représenter plus que la poussière d’un souvenir, et pourtant, nous les alimentons. Nous nous lançons corps et âme dans cet amour malsain, dans ces ondes gravitationnelles, où il est si simple de perdre toute estime de soi…
On pense que cet amour est tout pour nous, jusqu’à ce qu’on finisse par se rendre compte qu’en réalité il n’en est rien, jusqu’à ce que la dignité finisse par prendre le pas sur les larmes et la dépendance, jusqu’à ce qu’enfin on ouvre les yeux et qu’on voit la réalité en face. Cependant, n’oubliez pas : rien ne sert d’alimenter le culte du sacrifice. Car aucun univers quel qu’il soit ne peut écraser notre individualité, notre amour propre, ni notre lumière unique et exceptionnelle.

J’ai peur de te dire que je t’aime, peur que ces trois mots sortent à toute vitesse de mes lèvres tremblantes et qu’ils brisent tout ce que nous avons. J’ai peur parce que l’amitié qui existe entre toi et moi est un lien unique que nous avons construit à travers les ans et malgré les difficultés.
jai-peur-de-te-dire-taime
Ces trois mots que j’ai dit plusieurs fois mais sans réellement les ressentir, ces «je t’aime» que je disais plus par tendresse que par véritable amour. Maintenant je comprends que quand on ressent vraiment ce que l’on dit, la peur apparaît, parce que ces mots renferment une partie de vous qui vous montrent tel-le que vous êtes.
J’ai peur, mais je sais que je t’aime, parce que chaque fois que j’effleure ta peau j’ai la chair de poule, parce que chaque fois que je te vois j’ai des papillons qui volent dans l’estomac, et parce que chaque fois que je t’écoute, ta voix caresse mon âme comme une brise légère de printemps caresse les feuilles des arbres.

La vérité ne blesse jamais une amitié réelle

J’ai mis du temps à le reconnaître, mais je sais que je t’aime, par ta manière de me faire rire devant les difficultés, parce que tu sais que le silence fait partie de la confiance que nous avons l’un-e pour l’autre et fait que notre présence soit suffisante pour démontrer combien nous tenons l’un-e à l’autre. Mais, surtout, parce que tu me connais tel-le que je suis et tu acceptes mon côté plus obscur sans en douter une seule seconde.
C’est pour cela que je sais que le sentiment est authentique, parce que nous ne nous idéalisons pas, mais nous nous connaissons. La tendresse dont nous faisons preuve, cette proximité que nous avons, démontre que l’affection entre nous est sincère et, dans mon cas, cette affection s’est transformée en un je t’aime.


« La confiance consiste à mettre ce qu’il y a de plus précieux, de plus obscur ou de plus redouté dans les mains de l’autre, en sachant qu’il s’en servira uniquement pour aider à les transcender. »
-Diego Castrillón-


Lorsqu’on débute une relation de cohabitation et que l’on est une personne romantique, l’idée de se séparer de l’autre et de ne pas être ensemble, est difficile. Il y a cependant une séparation diurne obligatoire à cause de raisons professionnelles. Penser que si vous dormez séparé-e-s, vous dormirez mieux est une idée insupportable. 
mieux-vaut-dormir-ensemble-ou-separe-e-sDans la croyance populaire, un couple qui dort séparément a des problèmes conjugaux. Et dans certains cas, c’est vrai. Quand vous vous êtes disputé-e avec votre conjoint, ce dont vous avez le moins envie, c’est bien de dormir avec lui/elle. Vous ne voulez même pas vous frôler. Même si certains couples pensent -à tort- que c’est une bonne manière de résoudre les problèmes.
En réalité, l’habitude de dormir ensemble dans la même maison s’est popularisée dans l’ère industrielle. Le manque d’espace dans les villes nous a conduit à construire des maisons plus petites, qui permettent d’économiser de l’espace. Dans la Rome Antique ou dans la Grèce Classique, avoir des espaces indépendants pour dormir était de mise, et une pièce spéciale était consacrée aux rencontres sexuelles.

Dormir séparé-e-s vous aide à avoir une meilleure relation de couple

Les études de professionnel-le-s du sommeil comme le Dr. Stivill ou le Dr. Stanley, de l’Académie Américaine de Médecine du Sommeil, affirment que c’est meilleur pour la santé de dormir non seulement dans des lits séparés, mais aussi dans des chambres séparées.
Selon les expert-e-s, la moitié des couples qui dorment ensemble ont des problèmes de sommeil. Si votre conjoint ronfle, bouge beaucoup ou se lève au milieu de la nuit, vous vous réveillez et votre sommeil s’interrompt. Et cela a des conséquences physiques et psychologiques : tristesse, changements d’humeur, manque de concentration et même prise de poids.
Dormir dans une autre chambre aide non seulement à votre confort et à votre repos, mais aussi à conserver votre espace personnel. Cela favorise aussi la relation sexuelle avec votre conjoint. La séparation nocturne favorise le formation d’un espace érotique dans lequel on pense à l’autre et augmente ainsi le besoin d’être avec l’autre.

Au delà du premier baiser, notre premier amour nous ouvre un monde de possibilités et nous aide à découvrir des aspects de la vie qui nous accompagnent pour toujours
8-raisons-lesquelles-noublions-jamais-premier-amour
Bien qu’il existe énormément de choses nouvelles à expérimenter dans la vie, il y a des moments qui deviennent si mémorables que nous ne pouvons simplement pas les oublier.
Cela arrive généralement quand nous parlons de notre premier amour.
Bien que l’amour soit toujours quelque chose de spécial, lorsqu’il s’agit de la première romance, elle devient une expérience unique qu’il est impossible d’effacer.
Pour le meilleur ou pour le pire, cette relation a réveillé en vous des sentiments profonds.
Cette nouvelle relation, dont il importe peu de savoir si elle a été réelle, bonne ou mauvaise, a été accompagnée de sensations d’étonnement, d’intrigue et d’émotions face à l’inconnu.
Même s’il n’a peut-être pas duré longtemps, elle vous accompagnera et vous fera ressentir un mélange d’émotions difficiles à expliquer, et ce jusqu’à la fin de vos jours.
Mais, pourquoi cela arrive t-il ? Voici quelques-unes des raisons :

Le premier amour est puissant

La première fois que vous tombez amoureux-se, vous pouvez ressentir que c’est la meilleure sensation du monde.
Vous vous rendez compte que vous vous inquiétez pour une autre personne beaucoup plus que vous ne l’avez jamais imaginé.
Bien que vous pensiez comprendre ce que signifiait le mot amour, la première fois que vous l’avez expérimenté vous avez découvert un monde rempli d’infinies possibilités de romance et d’émotion accompagnées de peur.
Cela ne ressemble en rien à ce que vous avez pu ressentir auparavant, et le souvenir de cette nouvelle découverte reste donc gravé dans votre mémoire.

La sexualité est l’un des aspects qui conditionne et qui enrichit le plus nos vies. Tout au long de l’histoire, elle a été réprimée, sanctionnée, libérée, critiquée et même manipulée. En ce sens, nous sommes maintenant passé-e-s à une société hypersexualisée et hypocrite dans sa propagande : nous sommes continuellement entouré-e-s de contenu sexuel mais quand arrive le moment de vérité, les statistiques disent que l’insatisfaction est la principale protagoniste.
chaos-sexuel-fleau-actuel


« Il y a autant de sexualités que de personnes dans le monde. Il en est de même pour les sensibilités. »
-Kevin Johansen-


Les performances sexuelles nous sont présentées comme la variable déterminante qui nous rendra plus heureux-ses. Il existe de plus en plus de réseaux et d’applications pour connaître des gens, jamais cela n’avait été aussi facile. Accumuler des rencontres sexuelles, raconter nos derniers exploits en détail et balayer celui/celle qui ne nous satisfait pas lors de la première fois a cessé d’être une exception pour se convertir en norme.
Pourquoi n’arrivons-nous donc pas à être satisfait-e-s alors que nous avons une si grande variété de possibilités à notre portée ? La superficialité et la facilité avec lesquelles on nous présente le monde sexuel et amoureux font partie du problème. Les relations se basent chaque fois plus sur deux aspects : l’indifférence et l’absence de limites. C’est pour cette raison que nous nous sommes transformé-e-s en automates qui faisons l’expérience du «sexe sans sexe» et tout cela nous pousse à chercher des changements dans les rôles et identités sexuelles, comme une tentative désespérée de mettre de l’ordre à ce vide chaotique.


« Il ne s’agit pas de renoncer au sexe, je suis loin de plaider pour le puritanisme, mais bien de transformer la relation que nous avons avec lui. Essayons de le porter au-delà du simple fait d’être un acte biologique qui répond à des pulsions méconnues… »
-Frida Kahlo-


Je suis ainsi : une femme provocante, incorrigible, et que beaucoup ont du mal à supporter. Je suis le résultat de mes efforts et de mes souffrances, car j’ai toujours refusé d’être une victime ou une esclave. Ce que vous voyez, c’est tout ce que je suis, c’est moi, au naturel, sans fard : une personne qui s’aime elle-même et qui, par dessus tout, aime la vie.
suis-ainsi-femme-provocante-incorrigible-beaucoup-ont-mal-a-supporter
Cette image pleine et authentique de soi, ce n’est pas à 20 ou 30 ans qu’on la développe ; de nos jours, on entend souvent parler du pouvoir que présentent les femmes de 50 ans. Evidemment, chaque âge comporte son lot de réussites, de conquêtes et de beautés. Cependant, lorsqu’une femme approche de la cinquantaine, la plupart de ses liens et autres schémas se brisent, et elle comprend alors qu’elle n’a pas besoin d’être la «moitié» ou l’âme soeur de qui que ce soit pour être heureuse.
«Celui qui ne sait pas hurler ne trouvera pas son troupeau.»
– Clarissa Pinkola Estés –
En outre, un autre aspect intéressant et dont on entend de plus en plus parler, c’est celui de «la femelle alfa». La présence féminine a déjà conquis de nombreux espaces pourtant exclusivement réservés à l’homme jusqu’à il n’y a pas si longtemps. En effet, les femmes sont influentes et elles rassemblent valeur, créativité ainsi que capacités essentielles pour fonder une entreprise et créer un environnement de travail plus empathique au sein duquel elles puissent dynamiser leur personnel vers de nouveaux buts.
Or, et nous le savons tou-te-s, la «femelle alfa» n’est pas un produit du XXIème siècle ; en réalité, nous sommes des héritières d’une lignée. La femme a toujours été cette guerrière silencieuse et anonyme. Nous gardons par exemple en mémoire nos grands-mères, ces femmes admirables qui ont tressé la tristesse sur leurs cheveux et qui ont tout donné à leurs enfants, à leur foyer, à leur famille.
Ces dames courageuses qui ne se plaignaient jamais et qui, quand elles regardaient leurs mains tannées par les années et le travail, rêvaient qu’un jour, leurs filles soient ce qu’elles étaient alors : des femmes qui construisent leur futur avec fierté, et en toute liberté…

Les femmes fortes n’ont pas toujours été ainsi, mais elles ont déjà assez souffert. Elles savent que la force se trouve également dans celleux qui les entourent et ne négligent pas leurs relations sociales.
choses-femmes-fortes-ont-commun
Les femmes fortes sont capables de trouver le bonheur par elles-mêmes. Elles ont assez confiance en elles, ce qui leur permet d’être heureuses sans avoir besoin de chercher la reconnaissance ou l’approbation des autres.
Elles sont émotionnellement indépendantes et arrivent à établir des relations saines sans avoir besoin de déprendre de leur partenaire.
Voici quelques unes des caractéristiques que toutes les femmes fortes ont en commun. Si vous arrivez à adopter leurs habitudes vous deviendrez facilement l’une d’entre elles.

Elles sont sans cesse à la recherche d’opportunités d’évoluer et de grandir

Les femmes fortes savent que la seule chose qui s’interpose entre elles et le succès sont leurs actes. C’est pour cela qu’elles avancent sans cesse vers leur objectif, et peu importe si elles vont lentement.
Quoiqu’elles fassent, elles ne s’arrêtent pas en attendant que le succès arrive. Elles avancent vers l’évolution pour s’améliorer.

Elles se traitent bien

Bien souvent, les femmes sont bombardées de messages à cause desquels elles se sentent insuffisantes si elles ne s’adaptent pas à certains stéréotypes. Cependant, les femmes fortes savent très bien qui elles sont.
Même s’il peut être souvent difficile de vous aimer dès le premier instant, c’est quelque chose que vous pouvez apprendre à faire : vous aimer en vous connaissant bien vous-même.
Quand vous découvrirez quelles sont vos forces, vous atteindrez un potentiel que vous n’auriez jamais imaginé avoir avant.
Ayez confiance en votre propre jugement et votre relation avec vous-même sera plus forte au fur et à mesure que le temps passe.

Dormir est vital pour notre organisme, parce que cela lui permet de se reposer et de recharger ses batteries. Or face au stress et au mode de vie actuel, beaucoup de personnes souffrent de troubles du sommeil comme l’insomnie ou l’hypersomnie. Ce dernier, beaucoup moins connu, peut être aussi gênant que le manque de sommeil et affecter les personnes qui en souffrent sur tous les plans. Zoom sur les causes, symptômes et les conséquences de l’hypersomnie.
arrive-lorsque-passez-de-temps-lit

Qu’est-ce que l’hypersomnie ?

L’hypersomnie se définit comme une somnolence ou une grande envie de dormir durant la journée et une difficulté à se réveiller le matin, même après une bonne nuit de sommeil.
Une personne hypersomniaque dort généralement plus de 10 heures par nuit et a souvent besoin de faire des siestes. Il faut noter que ces périodes de sommeil prolongé ne sont toutefois pas réparatrices.

On distingue différents types d’hypersomnie :

  • L’hypersomnie due aux médicaments ou aux drogues est très courante chez les personnes qui fument du cannabis, boivent beaucoup d’alcool ou prennent des sédatifs.
  • L’hypersomnie liée à un trouble mental se manifeste généralement chez les personnes bipolaires ou souffrant de dépression grave.
  • L’hypersomnie idiopathique touche très souvent les jeunes (hommes et femmes) de moins de 30 ans. Elle peut persister pendant plusieurs années ou disparaître avec l’âge.

Les causes de l’hypersomnie

L’hypersomnie peut être tout simplement due à une mauvaise nuit de sommeil, au manque de sommeil ou à des causes environnementales (décalage horaire, ronflement du conjoint…), comme elle peut être associée à d’autres facteurs, parmi lesquels :

  • Les troubles bipolaires
  • La dépression
  • Le diabète
  • L’obésité
  • La prise de certains médicaments (antidépresseurs, tranquillisants…)
  • Certaines conditions médicales : tumeur cérébrale, hypothyroïdie, traumatisme crânien, syndrome d’apnée obstructive du sommeil…
  • La grossesse, souvent durant le premier trimestre